Applications de santé : et si on devenait sérieux !

Kiera Butler pour MotherJones rapportait récemment l’histoire de Julie Hudak, une Américaine qui a téléchargé une application permettant de diagnostiquer les mélanomes. Son mari et sa belle-soeur en étant morts, la jeune mère était particulièrement inquiète des grains de beautés et autres taches sur la peau de ses trois enfants. L’application est assez simple. Il suffit de prendre en photo les grains de beauté et elle vous indique en retour leur dangerosité. Même si elle avait montré récemment ses enfants à un dermatologue, la jeune femme a paniqué quand l’application a fait une alerte rouge sur l’un des grains de beauté…

La journaliste rapporte des études plutôt inquiétantes sur le sujet. Des chercheurs du centre médical de l’université de Pittsburgh ont testé 4 applications de diagnostic du cancer de la peau et trois d’entre elles ont raté 1/3 des mélanomes qui lui étaient soumis. Le laboratoire pharmaceutique Pfizer a rappelé une de ses applications de rhumatologie quand elle a constaté que les mesures qu’elle proposait étaient inadaptées…

A qui profite la confusion ?

Pour Kiera Butler, le discours marketing des développeurs d’application est trop souvent volontairement confus. Certes, comme nous l’avons expliqué, l’essentiel des applications proposées sur les magasins d’applications de nos smartphones ne relève pas de la santé, mais alors pourquoi entretenir une telle confusion ? D’un côté, les entreprises technologiques soutiennent qu’homologuer ou labéliser ces applications étoufferait l’innovation… De l’autre, des médecins estiment que renforcer les règles découragerait au moins les développeurs les moins sérieux.

Pour le docteur Dominique Dupagne, fondateur du forum médical Atoute.org, le développement des applications est un foisonnement darwinien qui ressemble surtout “au marché des farces et attrapes”. Non, les applications ne vont pas révolutionner la médecine, assène-t-il avec raison. La médecine a assez rarement besoins de capteurs qui mesurent les choses en continu. “Le besoin de certification est inexistant pour la plupart de ces applications à part pour rassurer les gens inquiets”, tranche le médecin. Nous sommes plus dans un monde du jouet, du bien-être, du fitness que de la santé. Le problème est surtout lié à l’emballement autour de ces outils, comme s’ils allaient résoudre les problèmes de santé du moment, remplacer les médecins débordés, remplacer la médecine… Nous en sommes loin !

Bref, si on a un peu l’impression que le monde médical se désintéresse des problèmes des utilisateurs… Le monde des développeurs, en faisant semblant de nous proposer des solutions, ne fait pas mieux.

Les applications de santé ne touchent pas ceux qui en auraient le plus besoin

À mesure que la moindre de nos activités sont “appiffiées” (transformées en application), les développeurs affluent sur les marchés saturés du jeu et du fitness, s’énerve JC Herz (@jcherz) pour Wired, oubliant ceux qui pourraient le plus en bénéficier : les vieux, les malades chroniques, les pauvres…

En octobre dernier, Herz a assisté à la conférence Wearables+Things, qui semble avoir surtout proposé une surenchère dans les dispositifs de fitness connectés pour analyser les performances sportives des gens en meilleure forme et avec un gros portefeuille. Pourtant, Kabir Kasagood, directeur du développement de Qualcomm Life qui fabrique les puces utilisées dans nombre de ces gadgets, a exhorté les développeurs à se confronter à la friction réglementaire de la FDA pour faire homologuer leurs dispositifs. “Il y a une énorme pénurie d’innovation dans le domaine de la santé”, a-t-il insisté, alors que c’est là où est l’argent. Mais cela nécessite de se confronter à la paperasserie, à la réglementation, aux essais cliniques, à s’intégrer avec des systèmes existants et ennuyeux, à être exigeant sur la sécurité et sur les données des utilisateurs… Bref, à faire un travail un peu plus complexe que mettre en ligne une application sur un magasin d’application.

Source: www.internetactu.net

See on Scoop.itPatient 2.0 et empowerment

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Blog
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print