Des « patients experts »

See on Scoop.itAstuces Sante par dbtsante.fr

Ils sont pour l’instant cinq en Lorraine, exclusivement en Meurthe-et-Moselle. Il n’en existe pas encore en Franche-Comté. On les appelle les « patients experts. Il s’agit de patients qui parlent aux patients », résume Christiane Petit, présidente régionale de l’AFD (association française des diabétiques) en Lorraine. « L’objectif est d’accompagner les diabétiques dans leur quotidien, de les aider à mieux vivre avec la maladie ».

Ce dispositif complète le dispositif « sophia » initié par la Caisse nationale d’Assurance-Maladie, dans quelques départements pilote à travers la France. Il s’agit là d’un outil d’accompagnement thérapeutique téléphonique personnalisé. Les patients experts interviennent sur un autre terrain : « La maladie exige que l’on en ait une bonne connaissance et que l’on participe activement à sa prise en charge. Le patient expert, que ce soit en entretien individuel ou en groupe, est là pour favoriser le partage d’expériences. Sans aucune ingérence dans les traitements ».

« Ne vous laissez pas attraper »

On compte 3 millions et demi de diabétiques déclarés en France. 700.000 personnes l’ignoreraient. Des chiffres qui ont doublé en 10 ans et ne cessent de croître. Le manque d’exercice physique, les nouveaux modes alimentaires y sont pour beaucoup. Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au diabète qui se déroulera du 3 au 9 juin, l’AFD part en campagne pour informer le public sur l’importance du dépistage. Un peu partout en France, des manifestations seront organisées (lire par ailleurs) pour alerter. Avec un mot d’ordre : « Ne vous laissez pas attraper. Testez-vous ».

Christiane Petit l’observe chaque année : « C’est très révélateur du besoin d’information. Les gens sont toujours très surpris quand on leur cite certaines boissons ou certains aliments en équivalence morceaux de sucre… Et lors de nos ateliers prise de glycémie, on alerte certaines personnes ayant de très haut taux et l’ignorant jusqu’alors ».

Le dépistage permet une prise en charge précoce de la maladie et réduit les risques de complications. Les associations de diabétiques ont demandé aussi de pouvoir intervenir en milieu scolaire pour y dispenser une sensibilisation.

Chaque année, cette semaine de prévention permet aussi de récolter des fonds pour la recherche.

Marie-Hélène VERNIER

See on www.estrepublicain.fr

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Blog
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print