ePatient : le concept se développe, mais les services sont rares

See on Scoop.itPatient 2.0 et empowerment

Souvent quand on est malade, le premier réflexe, c’est d’aller fouiller sur Internet. La plupart du temps, les informations effraient, mais de temps en temps, elles rassurent. Et même si les services médicaux en ligne restent rares, le concept du ePatient tend à se développer. 

D’après TNS Sofres, il existerait en France six groupes de personnes utilisant Internet pour obtenir des informations sur leur santé : 
. les “Déconnectés” (15%), principalement des seniors, qui se montrent distants vis-à-vis d’Internet et réticents à utiliser le web pour s’informer sur la santé.
. les “Méfiants“ (24%) qui n’ont pas encore assez confiance en Internet pour s’informer sur la santé. Ils sont en revanche interessé par différents services comme la prise de rendez-vous en ligne (66%).
. les “Détachés” (12%) qui sont connectés à internet, mais n’éprouvent pas le besoin de s’informer sur la santé ou n’en ont pas le réflexe. En revanche, la garantie des informations par les professionnels de santé (53%), la prise de rendez-vous via internet (65%) et l’accès aux résultats d’analyse médicale sur le web (63%) les intéressent.
. les “Occasionnels” (23%) qui utilisent ponctuellement Internet pour s’informer, mais échangent peu. Ils souhaitent cependant pouvoir accéder aux résultats d’analyse médicale (70%) et à leur dossier médical (69%) sur le web, prendre rendez-vous via internet (69%) et échanger par e-mail avec leur médecin (61%).
. les “Adeptes” (13%) qui utilisent fréquemment le web pour s’informer sur la santé et rester en bonne santé, leurs attentes sont les mêmes que celles des “Occasionnels” mais sont encore plus fortes (analyse médicale 76%, dossier médical 71%, prise de rendez-vous 69%, échange par e-mail 65%).
. les “Communicants” (13%) qui vont très fréquemment, sur internet pour rechercher des informations médicales et sont également contributifs via leur dialogue sur le web avec des patients ou des médecins. 77% d’entre eux souhaitent accéder à leur analyse médicale sur le web et 70% à leur dossier médical. 77% aimeraient prendre rendez-vous via internet, 69% échanger par e-mail et plus d’1 sur 2 (51%) échanger en visio-conférence, visiophonie avec leur médecin.

Ce sondage montre également que 49% des français intègrent désormais l’accès à Internet comme « outil de recherche et de gestion » de leur état de santé. Une conclusion peut-être un peu hative, car hormis la recherche d’informations et le partage d’expériences, il est aujourd’hui impossible d’avoir des échanges par mail avec le corps médical ou de se prendre un rendez-vous en ligne. C’est justement ce qui est à faire évoluer. Car pour beaucoup, le Web est vécu comme un dispositif facilitateur de la consultation médicale. « Par ailleurs, l’intérêt pour les services en ligne et les applications mobiles révèle une population prête à adopter des nouveaux usages, à condition qu’ils répondent à des besoins évidents » indiquent TNS Sofres et Doctissimo en conclusion de leurs études.

Pour les patients atteints de maladies chroniques, Internet est aussi devenu un lieu d’éducation, de formation et d’échange. « Le patient, voyageur dans l’univers initialement inconnu de la maladie, se dote des cartes et des boussoles qui lui permettent de choisir et d’assurer l’itinéraire » conclut joliment l’étude.

See on www.itrnews.com

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Blog
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print