JIM.fr – Mieux connaître les asthmatiques pour mieux les traiter ?

Mieux connaître les asthmatiques pour mieux les traiter ?

Paris, le vendredi 20 février 2015. Boehringer Ingelheim France et Pfizer France, en partenariat avec l’association Asthme et Allergie et IPSOS Santé, réalisent un programme AsQ (« Asthme au Quotidien, Asthme en Question ») qui vise à mieux connaître les asthmatiques, mais également la perception des professionnels de santé concernant la pathologie et les patients qui en souffrent. L’objectif étant, in fine, de proposer des solutions adaptées aux patients pour améliorer leur qualité de vie.

Le concept du programme d’étude

Les deux premières phases du programme ont exploré successivement l’impact de la maladie chez les patients asthmatiques sur le web et en vie réelle. 48 588 messages ont été recueillis sur le web avec analyse de 200 mentions dans le contexte, sur la base d’un monitoring des conversations relatives à l’asthme sur les forums, blogs, réseaux sociaux, spécialisés ou non en santé. Par ailleurs, une population de 506 asthmatiques (échantillon représentatif de la population asthmatique française selon la méthode des quotas*) a été interrogée. La troisième phase du programme vise à explorer les perceptions des professionnels de santé.

En attendant les résultats de la phase centrée sur les professionnels de santé (qui devrait débuter prochainement), les deux premières phases permettent déjà de dégager quelques grandes tendances.

Principaux enseignementsUn sentiment de maîtrise et de connaissance en décalage avec la réalité

Si 67 % des patients estiment spontanément qu’ils contrôlent leur asthme, l’évaluation calculée du contrôle de l’asthme selon les critères de l’Asthma Control Test révèle qu’ils ne sont en réalité que 48 %.

Cette donnée est probablement à rapprocher de la banalisation de la crise (32 % des patients estiment qu’il est normal qu’un asthmatique ait 2 crises par an, et 26 % estiment que traiter la crise d’asthme est suffisant pour maîtriser son asthme), et d’un déficit de connaissance de la pathologie (83 % des asthmatiques s’estiment bien informés sur l’asthme, mais le calcul d’un scoring de connaissances sur les réponses vraies/fausses à des affirmations liées à l’asthme révèle que 21 % des patients obtiennent un score inférieur à 7/10).

Des parcours de soins et une prise en charge peu homogènes

Si la pose du diagnostic est partagée entre le généraliste (48 %) et les spécialistes (pneumologues : 23 % ; allergologues : 25 %), c’est majoritairement le généraliste qui assure le suivi (64 %) de ces patients, et qui est leur principale source d’information (91 %) devant le pharmacien (56 %), les proches (44 %) et le pneumologue (42 %).

On observe un retard de diagnostic, celui-ci étant posé dans l’enfance pour 39 % des patients et à l’âge adulte  pour 38 %, alors que l’apparition des premiers signes a lieu dans l’enfance chez 52 % des patients.

Des profils de patients distincts

L’analyse de la perception des patients asthmatiques a permis de dégager 4 profils d’asthmatiques, présentant un rapport à la maladie et un comportement d’observance bien distincts.

Une première ébauche de ces profils a été dressée suite à l’analyse des commentaires sur le web des e-asthmatiques, et un traitement statistiques des données collectées auprès des 506 patients questionnés, a permis de confirmer la pertinence de cette segmentation et de mettre en exergue les principales caractéristiques pour chacun de ces profils.

Les maîtrisés (29 % de la population asthmatique) se caractérisent par un fort contrôle de leur asthme et une très bonne observance de leur traitement. Ils se sentent très concernés et investis dans la gestion de leur pathologie, qu’ils contrôlent bien, et ont une attitude globalement optimiste.

Les insouciants représentent 34 % des asthmatiques. Ce sont des patients peu concernés par leur asthme du fait de sa forme très légère, et dont l’observance est souvent liée uniquement à la survenue de gène respiratoire. La maladie a peu ou pas d’impact au quotidien.

Les dominés (10 %) se sentent écrasés par leur maladie, lourdement handicapés au quotidien et ne parviennent pas à contrôler leur maladie, malgré une bonne observance (motivée par la peur de la maladie). Inquiets, tristes et fatigués, ils vivent l’asthme comme une menace permanente.

Les réfractaires rassemblent 26 % des patients asthmatiques. Disposant de connaissances sur l’asthme, ils refusent cependant de les appliquer, et présentent une attitude de fatigue et de lassitude vis-à-vis de leur maladie, vécue comme une forte contrainte.

Quelles applications dans la stratégie thérapeutique ?

Le traitement de l’asthme rencontre des problématiques communes à celui de nombreuses pathologies chroniques : lassitude à l’égard de la pathologie, diminution de la qualité de vie et/ou baisse de l’observance. À terme, les conséquences peuvent être notamment une progression parfois irréversible des pathologies chroniques et un surcoût pour l’assurance maladie (arrêts de travail, hospitalisations, traitements d’urgence, …).

L’éducation et l’implication des patients sont alors primordiales pour assurer une prise en charge optimale au long cours. Si un dialogue prenant en compte la dimension humaine individuelle reste l’une des composantes principales pour impliquer le patient, les médecins ne disposent généralement pas de suffisamment de temps pour l’instaurer.

Gageons que la connaissance de cette classification permettra d’appréhender plus rapidement les « axes de travail » à aborder en priorité avec chaque typologie de patient, et ainsi optimiser le temps de consultation.

* basée sur les critères de sexe, âge, région, catégorie d’agglomération et profession du chef de famille

Elise Moniat

RéférencesConférence de presse de Boehringer-Ingelheim France, Pfizer France, Asthme et Allergie et IPSOS « Asthme au Quotidien, Asthme en Question » du 10/02/2015.

Source: www.jim.fr

See on Scoop.itPatient 2.0 et empowerment

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Blog
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print