Les maladies chroniques, nouveau cheval de bataille des acteurs de l’ e-santé

Un nombre croissant d’entrepreneurs concentrent leurs efforts sur l’accompagnement des patients souffrant de maladies chroniques. Si ces produits et services de niche offrent de belles perspectives pour mieux comprendre ce type de maladies, l’impact du numérique sur la santé des patients concernés reste à prouver.

inShare5

Dossier publié à l’occasion de la Learning Expédition e-santé organisée par L’Atelier en Silicon Valley.

Cela fait désormais deux ans que l’on constate un intérêt grandissant pour les problématiques liées à la santé. Le nombre de start-ups liées à l’e-santé augmente à vive allure, les investissements sont en hausse, et des acteurs comme RockHealth, incubateur dédié à la santé, permettent de cimenter les différents acteurs de cet écosystème encore jeune. Si certaines innovations visent essentiellement à accompagner l’utilisateur lambda dans sa vie quotidienne, et encourager des modes de vie plus sains, un nombre croissant de start-ups font des maladies chroniques leur cheval de bataille. Contrairement aux produits de bien-être grand public, les services, applications et appareils qui se concentrent sur les cas chroniques ont une approche extrêmement niche de l’eSanté.

Aider les patients à affronter la maladie au quotidien

L’objectif est, le plus souvent, d’accompagner le patient jour après jour, aussi bien sur le plan physiologique que psychologique. Par exemple, AliveCor a mis au point une coque d’iPhone qui permet aux patients souffrant d’une insuffisance cardiaque chronique de surveiller leur santé; Glooko propose un appareil et une application mobile qui permettent aux grands diabétiques de mieux surveiller leur taux de glucose. Les start-ups qui s’attaquent à ce secteur ciblent des populations qui ont un vrai besoin… d’être plus connectés, de se rassurer en suivant leur pouls ou leur taux de glucose à tout moment, de communiquer facilement à leur médecin. Le marché des maladies chronique présente également l’avantage de s’adresser à des populations qui peuvent bien sûr devenir une clientèle très fidèle, et ce sur le long terme.

Mieux comprendre la maladie, oui, mais mieux la traiter ?

Dans le cadre de Big Data, la multiplication de services et produits de niche permettent de récolter des données concernant des maladies et des populations bien délimitées. Cela permet d’affiner la recherche, constitue une opportunité de mieux comprendre certaines maladies chroniques et pourquoi pas, d’améliorer les traitements. Asthmapolis, qui permet aux asthmatiques de suivre l’évolution de leurs symptômes, permet ainsi aux chercheurs, lorsqu’ils agrègent ces données, de déterminer les zones géographiques les plus à risque pour les asthmatiques, et de corréler ces résultats avec le niveau de qualité de l’air. Cela dit, les avis divergent quant à l’efficacité de certains services ou produits. Dans le cas du diabète, par exemple, une récente étude démontre que les programmes d’accompagnement automatisés ont un effet quasi nul sur l’évolution du taux de diabète des patients.

See on Scoop.itPatient 2.0 et empowerment & on www.atelier.net

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Blog, e-santé, patient2.0
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print