Un rapport pour mettre la santé à l’heure du numérique

Parmi les 180 propositions du rapport Lemoine, 14 concernent la santé. Le but, réduire les dépenses et faciliter l’accès aux médecins.Les patients peuvent devenir acteurs de leur santé, grâce aux objets connectés – Richard Drew/AP/SIPASur le même thème« Réforme du temps de travail : une proposition « illégale » pour les internes » « Rapport sur la Sécu : les mutuelles et les médecins s’insurgent »

Comment règler l’économie française à l’horloge du numérique ? Après neuf mois de travail, Philippe Lemoine fait 180 propositions dans un rapport qu’il vient de remettre au gouvernement (lisible dans son intégralité ici). Au programme, 9 projets structurants, dont la banque (« paiement anonyme sécurisé »), l’industrie manufacturière (« une automobile pour la jeunesse, conçue à plusieurs et prototypée en FabLab »), ou encore les transports (« un pass mobilité universel sur mesure »).

Le rapport donne également une large part à la santé, en particulier pour s’attaquer aux dépenses. « Le numérique est une opportunité pour rationnaliser et diminuer [les] dépenses », est-il écrit, tout en précisant qu’il peut également « améliorer la prévention et la qualité des soins ».

Parmi les « projets emblématiques pour action immédiate », l’auteur propose de « créer un écosystème d’innovation ouvert sur les maladies chroniques, le suivi des patients et la médecin prédictive ». Le rapport rappelle que les 30 maladies chroniques sous statut Affections de Longue Durée concernent 8 millions de personnes, ce qui devraient représenter 70% des dépenses de l’Assurance maladie en 2015.
L’objectif est d’aider des start-ups à développer des solutions de soins utilisant les données de santé afin de « suivre à distance, accompagner, coacher, prévoir et anticiper » les évolutions de ces maladies chroniques. Le rapport souligne d’ailleurs que le volume des « Big Data », pourrait être multiplié par 50 d’ici à 2020 à l’échelle mondiale.

Parcours patients 100% numérique

Sur les 180 propositions, 14 concernent la santé, parmi lesquelles les parcours patients 100% numérique. De la prise de rendez-vous au paiement des consultations, en passant par la prescription, tout pourrait se passer en ligne. Le rapport évoque aussi l’idée de développer un plan national numérique sur l’hospitalisation à domicile donnant notamment lieu à la structuration d’un pôle de compétitivité, mais également la possibilité de rembourser ou subventionner les objets et les applications mobiles dont le rôle en matière de prévention ou de suivi des malades est reconnu par les autorités compétentes.

Des patients mieux informés

Le rapport met surtout en lumière l’évolution que le numérique a amené dans la santé. Les patients, mieux informés grâce à Internet, peuvent devenir acteurs de leur santé grâce, par exemple, aux objets connectés. De leur côté, les professionnels peuvent s’appuyer sur les nouvelles technologies pour changer leur façon de pratiquer la médecine, en particulier en investissant davantage la sphère de la prévention.

Certaines propositions posent néanmoins des questions éthiques, comme l’idée « R 62 » qui souhaite « créer des sites de classement des établissements de santé et les ouvrir aux commentaires des patients et des usagers. »
Reste à savoir comment ces propositions vont être mises en place par le gouvernement.

Source: www.pourquoidocteur.fr

See on Scoop.itAstuces Sante par dbtsante.fr

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Blog
Connexion à DBTSanté

Votre Identifiant

Votre mot de passe

Je suis un coach

J'ai lu et j'accepte la charte (version patient / version pro)

J'ai oublié mon mot de passe

Nos videos preferes
YouTube responded to TubePress with an HTTP 410 - No longer available
Email
Print